Débat du Progrès

Vendredi dernier le quotidien organisait un débat réunissant 6 des 12 candidats à l’élection législative.

Trois thèmes ont été abordés: le logement, l’emploi et la sécurité.

Au cours de ce débat aucun candidat n’a fait preuve de renouveau et ce sont souvent de vieux remèdes qui ont été proposé. Les méthodes n’ont pas été épargnées également par cet archaïsme généralisé. D’un côté la vision d’une Assemblée Nationale réduite comme c’est le cas depuis déjà 5 ans à jouer le rôle d’une simple chambre d’enregistrement dédié à l’exercice du pouvoir d’un seul clan. De l’autre une opposition parlementaire dogmatique et idéologique stérile qui n’a pour objectif que la reconquête du pouvoir.

Pour ma part j’ai souhaité expliquer ce qu’était la transition écologique et son caractère novateur et pertinent face à la convergence des crises sociale, économique, financière et environnementale. C’est selon moi le vrais chemin du changement.

J’ai également fais de nombreuses propositions concrètes et précises sur chacun des thèmes abordés.

 

Logement:

Encadrer le loyers, instaurer un moratoire de 3 ans sur les loyers, construire 500 000 logements supplémentaires par an dont 160 000 logements sociaux, revoir la loi SRU et passer de 20% à 25% la part de logement sociaux dans chaque commune, développer l’habitat coopératif, maitriser la densification, améliorer la qualité de vie dans nos villes, soutenir la rénovation thermique des bâtiements.

 

Emplois:

Engager la relocalisation et la transition écologique de l’économie en soutenant les PME par l’instauration d’un « bonus développement durable », en taxant les activités polluantes comme la production de produits phytosanitaires, la publicité papier abusive, augmenter d’au moins 20% les crédits alloués à la recherche publique, développer l’économie sociale et solidaire, partager le travail, soutenir les filières industrielles stratégiques comme l’énergie, le transport, le bâtiment, la chimie verte.

 

Sécurité:

Redonner à la Police les moyens de remplir sa mission et mettre fin aux politiques du chiffre, sortir du tout répressif en généralisant la prévention sociale par la culture, l’emploi ou le sport, remettre l’humain au cœur des politiques de sécurités en mettant un terme au tout vidéo, rendre la sanction utile et travailler à la ré-insertion.

 

Le redressement de la France et le renouvellement du projet Européen ne pourront avoir lieu que grâce à une majorité présidentielle diversifiée, volontariste et dynamique. C’est ce que j’ai proposé aux Villeurbannaises et aux Villeurbannais durant ce débat.